ROPS | Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Trois jours d'excursion entre amis

27 sep 2014
Pierre WIAME
L'Avenir
Basse Sambre, Sam. 27 sep. 2014, Page 1
Le conseiller Floymont, jeudi soir, a évoqué le mythe du Cheval de Troie relatée dans l'odyssée d'Homère. En informatique, il s'agit d'une manœuvre qui, sous couvert d'un logiciel inoffensif, séduisant voire racoleur, permet d'introduire autre chose que ce qui est présenté.
 
Donc, ici, à Mettet, le Cheval de Troie revêtait les oripeaux d'une commémoration pour, in fine, balancer du jumelage. Jeudi soir, dans la bouche du conseiller de l'opposition, cela donnait ceci: «Une fois la commémoration du samedi 23, entre 10 et 12 h, exploitée comme appât, entre en scène la charge utile: le lourd dossier jumelage.» ROPS y a vu un melting-pot tragicomique, alors qu'il est historiquement prouvé que les soldats hongrois ont combattu contre les troupes russes, serbes et italiennes mais jamais sur le front belgo-français. Soit, par glissement, il n'était pas si grave que cela d'inviter des Hongrois, puisque le but de la cérémonie était de célébrer la paix.
 
Mais il y a pire: selon la minorité, la majorité du bourgmestre Delforge a fait annuler une cérémonie devant le monument des Tirailleurs algériens, à Oret, sous prétexte de doublon, au seul profit d'une cérémonie à Biesme. Et l'invitation à la cérémonie du 23 août, à Biesme donc, n'a été envoyée qu'aux seuls Biesmois.
 
«Cela veut dire que, 35 ans après la fusion des villages, le bourgmestre se démarque encore de ses contemporains en adaptant une démarche partisane, villageoise et non communale. Seuls les Biesmois ont été conviés à un travail de mémoire alors que 65 maisons ont été incendiées à Oret, que le château de Stave a été incendié… En dehors de Biesme, point de salut» a ironisé Floymont. Conclusion cinglante: «Grâce à une pratique de siphonage d'un budget a priori commémoratif, le week-end des 22/23/24 août a pour l'essentiel servi à financer 3 jours d'excursion entre amis de villes jumelées. » Le bourgmestre, et les intervenants de la majorité, n'ont pas partagé ce point de vue mais le premier cité en a fait des tonnes. Ils y ont vu un déballage politicien voire incivique, égratignant la mémoire. Si bien qu'on a l'impression que la majorité d'un côté, et la minorité de l'autre, vivent sur deux planètes très éloignées l'une de l'autre. Sans doute qu'une majorité de citoyens, souvent cités en exemple par Yves Delforge, pour leur bon sens et leur clairvoyance, n'y aurait pas vu matière à pareille cacophonie.