ROPS | Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Et si on s'y Mettet tous ensemble !

20.000 euros dilapidés en 3 jours

27 sep 2014
Nika Verachi
La Nouvelle Gazette
Sambre, Sam. 27 sep. 2014

Selon le groupe ROPS, l’argent des commémorations 14-18 a été mal utilisé par la majorité

Les membres de l’opposition issus du groupe ROPS sont furieux. Les 20.000 euros prévus au budget communal pour perpétuer la mémoire de la guerre 14-18 ont été « gaspillés » pour 3 jours d’excursions avec les représentants des communes jumelées de Mettet .
Les conseillers ROPS de l’opposition de Mettet se sentent floués. En 2012, la commune est devenue partenaire de l’ASBL Centenaire 14-18 en Val de Sambre, avec les entités de Sambreville, Fosses-la-Ville et Aiseau-Presles. Un budget de 3.000 euros a été confié à cette ASBL par le conseil, afin de mener à bien son travail de mémoire. « Le conseil a avalisé une enveloppe supplémentaire de 20.000 euros, en dehors de l’ASBL, pour d’autres commémorations sur l’entité », explique Damien Floymont, conseiller ROPS. Selon le groupe ROPS, cet argent a été « détourné » à d’autres fins. « Ils se sont servis des commémorations du 22, 23 et 24 août afin de profiter de trois jours de tourisme et de fête avec les représentants des communes jumelées de Mettet. Parmi eux, il y avait les Hongrois de Fonyòd alors que les soldats hongrois n’ont jamais combattu sur le front belge en 14-18. Étaient aussi présents les représentants de Denain, en France, et des Allemands de Leiphem, jumelée avec Fonyòd et qui n’ont rien à voir avec Mettet. »
Au total, plus de trente représentants étaient conviés.

Une « Duperie »

Pour le groupe ROPS, il s’agit d’une « duperie ». « Ils ont assisté à une cérémonie, le 23 août, entre 10h et midi et ensuite, les représentants ont été invités à un meltingpot d’activités n’ayant aucun rapport avec les commémorations : balades à Namur, à Dinant, à Bruxelles, etc. Par contre, pas de trace de la majorité et de leurs amis lors des cérémonies organisées par les communes partenaires de l’ASBL », précise Damien Floymont, furieux.
De ces 20.000 euros, aujourd’hui, il n’en reste que 3.000. « Mettet s’est totalement désolidarisée de l’ASBL Centenaire 14-18 », ajoute-t-il.
Le conseiller ROPS en est sûr : l’ASBL a très mal vécu ce désintérêt de la part de la commune et a réagi en conséquence.
« Un concert organisé par l’ASBL devait avoir lieu dans notre commune le 14 décembre. Il a été déplacé à Aiseau-Presles. »
Des propos démentis par le Président de l’ASBL, Marcel Dargent. « Nous avons été déçus que Mettet ne joue pas le jeu à fond et que ses représentants soient absents lors de plusieurs événements majeurs. Ils ont fait d’autres activités sur le côté, c’est leur droit. Mais nous ne les avons exclus en aucune façon. » Pour Damien Floymont, la gestion du dossier par la commune a été catastrophique.
« Nous ne sommes pas les avocats de l’ASBL Centenaire 14-18 en Val de Sambre mais il est inadmissible de se servir de commémorations comme prétexte et de les falsifier en opération séduction pour les communes jumelées. Un travail de mémoire ne doit pas se transformer en excursion touristique. » 

La réponse peu convaincante du bourgmestre

C’est durant le conseil communal de jeudi soir que Damien Floymont a, au nom du groupe ROPS, cité les reproches fait à la majorité concernant les commémorations des cent ans du début de la guerre 14-18. Nerveux durant la présentation Power Point, le bourgmestre Yves Delforge (ICAP) et Jacques Ruth (ICAP) ont pris la parole, après que Caroline Cnockaert (RCMR) ait précisé quelques éléments. « Mettet n’a jamais abandonné l’ASBL Centenaire 14-18 en Val de Sambre. Il ne s’agissait pas d’une fusion entre les communes ou avec l’ASBL mais bien d’une coordination des activités culturelles ou touristiques qui visent à perpétuer la mémoire des disparus », a tenu à clarifier la conseillère.
Jaques Ruth, lui, avoue ne pas comprendre les reproches du groupe ROPS. « Chaque année nous avons des contacts avec les représentants de nos communes jumelées et je ne vois pas en quoi il n’était pas opportun de les rencontrer au moment des commémorations. C’était un hasard de calendrier. »
Quant au bourgmestre, il s’est engagé dans un long discours historique sans vraiment répondre aux accusations de l’opposition. «Les membres effectifs de l’ASBL sont des personnes physiques, en aucun cas la commune. Cette ASBL n’est pas une intercommunale! Et nous ne sommes pas en conflit avec l’ASBL. Ils nous ont d’ailleurs envoyé un courrier récemment pour nous remercier de ce qui avait été fait chez nous. Être à chaque commémoration était impossible. Nous n’avions pas d’obligation, la commune est une organisation souveraine.
Nous regrettons ces accusations non fondées. Concernant les communes jumelées, il relevait des prérogatives du pouvoir de les convier. C’était notre devoir, par politesse, en raison de nos liens.
Enfin, pour le budget, celui-ci n’est pas clôturé mais il respecte exactement ce qui a été voté en conseil. »