Peut-on, finalement, se moquer du Bien-Être animal à Mettet?

17 oct 2014
Portrait de Isabelle Doneux-Paindaveine
Isabelle Doneux...
Le 26 septembre, nous nous réjouissions...
Suite à plusieurs interventions auprès de l'AFSCA, afin de permettre l'organisation de la Fête de l'Aïd dans des conditions honorables pour tous, le Dr Pierre Viatour envoie un mail au Bourgmestre en ces mots:
il a été demandé à Mr […] de mettre en place un système évitant que les animaux sacrifiés ne soient vus par leurs congénères, cette exigence devra être respectée pour l'obtention de l'agrément de 2014.
D'autres communes, confrontées à ce problème, ont dès 2012 modifié au pied levé l'aménagement de la salle d'abattoir. Par exemple, l'installation de barrières Héras bâchées entre les postes d'abattage a permis de redémarrer la chaîne d'abbatage à Gilly.
Mais à Mettet, alors que les instructions de l'AFSCA sont claires... Que fait-on? L'illustration de la coupure de presse est limpide, tandis que quelques lignes plus bas le contrôleur clame "Ici, aucune bête n'assiste au sacrifice d'une autre" !
 
Nous demandons donc, puisqu'il semble difficile de faire progresser le Bien-Être animal à Mettet, à ce que les personnes en charge des contrôles soient des "Vétérinaires Chargés de Missions", tels ceux qui exercent en abattoir, rompus à l'exercice, formés, et responsables. Le Collège ne désire pas prendre ce dossier en compte, et s'assurer que les Lois et Règlements concernant le Bien-Être animal soient respectés dans la commune de Mettet. Nous tenterons d'y remédier.
 
NON, tout ne va pas bien, Madame la Marquise!
Décidément, le Bien-Être animal a bien difficile de gagner à Mettet!
 
 
[Ajout le 21 Oct 2014:]
 

Les réactions à l'organisation 2014

 
Suite à l'édition 2014 de la fête de l'Aïd à Mettet, un échange de courriers a eu lieu...
Isabelle Doneux:
Cher Confrère,
 
Dans un précédent mail du 25 septembre, je vous remerciais de votre intervention en faveur du Bien-Être animal lors de l’abattage sans étourdissement qui devait avoir lieu quelques jours plus tard à Mettet.
Bien que vos services ne soulignent pas que le rapport du vétérinaire de contrôle mentionnait en 2013 une non-conformité dans la salle d’abattage, et que votre agent n’ait pas eu l’occasion de la constater lors de son passage, vous exigiez la mise en place d'un système évitant que les animaux sacrifiés ne soient vus par leurs congénères. Cette exigence devait être respectée pour l'obtention de l'agrément de 2014.
 
Vous trouverez ci-annexé une coupure de presse datant de ce 6 octobre. Le journaliste me confirme que les images illustrant les propos ont été prises lors de cette édition 2014 à Mettet. Je joins également deux photos prises en 2013, bien que je pense qu’elles vous aient déjà été transmises l’année dernière.
Je crains que l’adaptation apportée à la salle d’abattage ne réponde pas à vos attentes, et ne soit pas conforme à vos exigences!
 
Enfin, je suis outrée de lire cet article qui signale une cadence d'abattage de 25 ovins à l’heure, ce qui signifie que plusieurs ovins sont abattus dans la même salle simultanément, ou que le temps de 3 minutes minimum après abattage n’est pas respecté. Le journaliste peut mal retranscrire les faits, sans doute auriez-vous des informations plus objectives à ce sujet.
 
Le journaliste doit probablement aussi interpréter les propos du Confrère qui sont rapportés comme « On ne saura jamais vraiment dire si l’animal souffre ou pas » , mais je suis scandalisée quand je lis « Ici, aucune bête n’assiste au sacrifice d’une autre » et que la photo d’illustration quelques centimètres plus haut montre deux moutons côte-à-côte, avec une ridicule petite tôle soudée sur le bac qui récolte le sang de l’ensemble du troupeau…
 
En conclusion, je pense utopique de confier ce genre de mission de contrôle à des Confrères qui ne sont pas aguerris à l’exercice. L’absence de signalement de non-conformités, qui auraient dû exiger des adaptations immédiates ou un arrêt de la chaîne d’abattage, démontrerait que la mission de contrôle n’est pas menée correctement. Il me semble indispensable que vous exigiez que cette mission soit dorénavant confiée à des Chargés de Mission, qui exercent ces tâches régulièrement en abattoir et se soumettent à d’autres contraintes nécessaires à un exercice de qualité.
 
Je sais que vous aurez à coeur de trouver des solutions à ce problème, afin que la population puisse garder sa confiance dans une Administration qui refuse de répéter les mêmes erreurs au fil des ans.
 
Je vous prie, Cher Confrère, de recevoir l’expression de ma sympathie,
 
Isabelle Doneux
 
Dr Pierre Viatour, chef de l'unité provinciale de contrôle de l'AFSCA écrit ce 21/10:
Bonjour Dr.Doneux,
 
Je vous remercie pour l’attention que vous portez à la problématique du bien-être animal dans le cas précis des abattages rituels.
Je suis attentif à vos remarques et en tiendrai compte, le cas échéant, lors de l’éventuelle édition 2015.
Cordialement,
 
Dr. lic.Pierre Viatour