La piscine est fermée

28 sep 2018
Lloyd Poncelet
La Nouvelle Gazette
Régions > Sambre-et-Meuse, p4 du 28 septembre 2018

La cuve en béton sera remplacée le plus vite possible, la rénovation totale débutera en 2020.

Ce mercredi, nous apprenions de l’échevin des Sports de la ville de Mettet, Luc Vander Weyden, que la piscine de Biesme allait être fermée en urgence. La cause : des fissures dans le fond de la piscine et des problèmes d’infiltration qui se sont amplifiés. Le bourgmestre a réagi. La cuve en béton sera refaite le plus rapidement possible et la piscine sera totalement rénovée à partir de 2020.  

La piscine de Biesme est le seul bassin de la commune de Mettet. Elle accueille chaque année 120.000 nageurs. Ce mercredi, l’échevin des Sports, Luc Vander Weyden, nous apprenait que la piscine allait devoir être subitement fermée.

La cause : des fissures dans le fond de la piscine et des problèmes d’infiltration qui se sont amplifiés. Le problème est connu depuis de nombreuses années. Sous le conseil de l’INASEP (l’Intercommunale Namuroise de Services Publics), la commune avait procédé à des injections au niveau du béton et placé des étançons pour soutenir le tout. Cette solution temporaire avait été choisie avant d’être sûr que la commune de Mettet bénéficierait bien d’un subside wallon, demandé dans un plan piscine plus global. 

Des subsides accordés

En juin, le subside piscine a été accordé à la commune. Ce lundi, l’INASEP et Infrasports sont venus visiter les lieux pour établir un plan de travail. Lors de cette visite, les experts ont remarqué que les problèmes de fissure s’étaient amplifiés. D’après le courier de l’INASEP envoyé à la commune, l’amplification des fissures serait un réel danger. « Une salle en bas contenant des machineries et des dispositifs électriques avec une masse d’eau au dessus est une source de danger », confirme l’échevin des Sports. 

La piscine doit être fermée. Mais à qui revient la faute de ce problème connu depuis longtemps ? 

Yves Delforge, bourgmestre de Mettet, s’exprime sur le dossier. « Nous n’avons pas traîné. Nous devions absolument être sûrs de faire partie du « Plan Piscine » Nous avons réagi le plus vite possible. C’était une question d’organisation. Il était prévu de refaire la cuve en béton du bassin. Nous avons mis le dossier en stand-by, tant que nous n’étions pas sûrs d’obtenir un subside. C’est chose faite à présent, mais nous avons constaté que les fissures s’étaient aggravées. On nous a conseillé de fermer la piscine le temps que la cuve de béton soit refaite. C’est une question de sécurité. Il est vrai que si nous avions été au courant que l’état du bassin pouvait se dégrader aussi vite, nous aurions pris nos dispositions. »

La cuve en béton sera donc refaite le plus vite possible. « Nous devons lancer un appel à projet  », explique le bourgmestre.« Le coût de la cuve en béton devrait tourner aux alentours des 200.000 €. Les gros travaux de rénovation de 4 millions € commenceront en 2020. » 

Fermeture vendredi

La piscine sera bien fermée ce vendredi. L’ensemble des partenaires et écoles seront prévenues au matin. Le bourgmestre prend ses responsabilités et veillera à maintenir la sécurité.Pour le moment, les nageurs et écoles devront soit trouver une piscine dans une autre commune, soit patienter. Le bourgmestre compte faire avancer le dossier le plus vite possible, mais il ne sait pas encore quand le béton du bassin sera rénové. 

 

Le club de plongée ne s’attendait pas à la fermeture 

Ce jeudi, Nausicaa, club de plongée de Biesme, n’avait pas encore appris la nouvelle. Les plongeurs se rejoignent tous les vendredis soirs pour s’exercer au sport aquatique. Phillippe Vandenberghe est le chef de l’école de plongée. La nouvelle a été un véritable coup de massue, l’homme ne savait pas quoi répondre. « Nous n’avons pas encore été informés... Le cours de plongée à normalement lieu le vendredi soir. Nous allons devoir annuler. » Le plongeur était au courant que la piscine allait être rénovée. Ils espèrent trouver une solution rapidement.

 

L’Opposition réagit : La « sécurité avant tout » négligée ? 

Valère Toussaint, conseiller communal dans l’opposition et ancien échevin des Sports a commenté la fermeture en urgence de la piscine. Dans un premier temps, il approuve la décision du bourgmestre et de l’échevin des Sports d’avoir fermé la piscine, au plus vite. « C’est une question de sécurité et ce sont des experts qui ont prévenu du danger. On ne rigole pas avec la sécurité des centaines de nageurs quotidiens.  » 

Toutefois, Valère Toussaint, pense que le dossier aurait dû être traité plus vite par le bourgmestre et l’échevin des sports en charge. L’INASEP, quant à elle aurait dû prévenir beaucoup plus tôt de la dangerosité du bassin.

« Lorsque j’étais échevin des sports, je n’étais pas à charge du dossier, le bourgmestre s’en occupait. À ce moment-là, il y avait un plan de rénovation de la cuve en béton. On ne m'avait pas vraiment mis au parfum.  » 

« Je pense que le bourgmestre aurait dû davantage suivre l’histoire. Il s’agit de la sécurité des utilisateurs. Il aurait dû taper du poing plus souvent et réclamer des contrôles en temps et en heure.  » 

« L’INASEP responsable » 

Mais selon le conseiller communal, l’intercommunale est la plus à plaindre. « Ce n’est que mon avis, mais l’INASEP est mandatée pour suivre des dossiers. Si on ne crie pas après eux, ils ne suivent pas. Certains dossiers en matière de stabilité ont parfois trois ans de retard. Je ne veux pas charger le bourgmestre ou l’administration. Les experts viennent de l’INASEP, ils sont les seuls sur ce genre de dossier et ils en profitent. Quand on voit les installations et les fissures de la piscine, il était certain que le bassin devenait dangereux. Une quarantaine de gosses auraient pu se faire électrocuter ! »

La piscine de Biesme est fermée jusqu’à nouvel ordre. Les clubs de natation et les écoles devront trouver une autre solution.D.R.

La piscine de Biesme est fermée jusqu’à nouvel ordre. Les clubs de natation et les écoles devront trouver une autre solution.D.R.