La piscine devra être fermée en urgence

27 sep 2018
Sébastien Ponciau
La Nouvelle Gazette
Régions Basse-Sambre, p9 du 27 septembre 2018

La piscine de Biesme vient subitement d’être considérée trop dangereuse pour ses visiteurs.

Coup de massue à Mettet. Les fissures dans le fond de la piscine et les problèmes d’infiltrations touchant la couche de béton, connus depuis des années, se sont fortement amplifiés. Suite à une visite de contrôle, il est demandé aux autorités de fermer la piscine dans les plus brefs délais et de la vider.  

La piscine de Biesme, à Mettet, c’est 120.000 visiteurs par an. Elle fait le bonheur des pratiquants, des clubs de plongée ou de natation, des écoles de l’entité mais aussi de communes limitrophes telles que Gerpinnes ou encore Châtelet.

Vu le dernier rebondissement, tous ses nageurs vont se retrouver dans le désarroi.

Ce mercredi, l’administration communale a reçu une lettre de l’Inasep, l’Intercommunale Namuroise de Services Publics. « Celle-ci demande autorités djobines de fermer et vider dans les plus brefs délais la piscine pour ne pas mettre en péril sa stabilité et la sécurité des nageurs  », annonce Luc Vander Weyden (ROPS), échevin des Sports. « Dans ces conditions, je vois mal le bourgmestre ne pas prendre vendredi au plus tard (NDLR : ce jeudi, les administrations sont fermées)  un arrêté de police allant dans ce sens. En tant qu’échevin, je refuse en tout cas de prendre la responsabilité de la laisser ouverte au public.  » 

En cause : des fissures qui lézardent la cuve, laissant ainsi filtrer l’eau et entamant la couche de béton située en dessous. 

Le problème est connu depuis des années. De façon temporaire, dès constatation, et sous conseil de l’Inasep, on avait procédé à des injections au niveau du béton et placé des étançons pour soutenir l’ensemble.

Parallèlement, un Plan Béton avait été conçu. Infrasports avait été mandatée pour introduire une demande de subsides pour solutionner tout cela de façon durable. « Sauf que ce plan a été mis dans les cartons. On a estimé qu’il était inutile de solutionner le problème de béton sans savoir si Mettet allait pouvoir à terme disposer d’une piscine réellement fonctionnelle  », décrit l’échevin. 

Dit autrement : sans savoir si la commune obtiendrait bien les subsides wallons demandés dans un « Plan Piscine » plus global. Il s’agit, dans ce plan-ci, d’installer un système anti-noyade qui détecte quand un corps végète dans le fond, de placer une cuve en Inox, de sécuriser la zone ludique, de remplacer le toboggan de 40 mètres qui contourne la piscine et qui est fermé depuis 2014, de remplacer les filtres, de revoir la machinerie des pompes, de placer des panneaux photovoltaïques, de changer le vitrage pour laisser la place à des vitres avec protection solaire et anti-UV ou encore de réaménager des vestiaires. 

Des travaux pour plus de 4 millions € 

Le coût total des travaux prévus est de 4.186.781 €. La bonne nouvelle est tombée en juin 2018, un subside octroyé de 1.868.351 € été octroyé.

Ce lundi, l’Inasep et Infrasports sont donc venus visiter les lieux pour établir un « plan de travail ». Et là, c’est le coup de massue. Les experts constatent que les problèmes de fissures et d’infiltrations d’eau se sont bien amplifiés. De façon extrêmement dangereuse, à en croire le courrier de l’Inasep qui a suivi. « En dessous du béton, il y a la machinerie et des dispositifs électriques  », illustre l’échevin. « Et la masse d’eau posée sur des équipements devenus si précaires est, en elle-même, une source de danger.  » 

La faute à qui, tout ce ramdam ? « Il faudra se pencher sur la question. Mais une piscine doit en théorie être visitée annuellement par de sociétés spécialisées dans la sécurité  », avance encore celui qui est échevin depuis 15 mois, depuis que ROPS a remplacé le MR au pouvoir, aux côtés du clan du bourgmestre (ICAP). « Ces visites ont-elles eu lieu chaque année ? Ces experts ont-ils été suffisamment alarmistes dans leur rapport ? », se demande encore Luc Vander Weyden. 

En toute logique, la piscine devrait donc être rapidement fermée et vidée. Et, le cas échéant, nul ne peut prédire quand elle sera rouverte.

La piscine de Biesme va devoir fermer.M.F.

La piscine de Biesme va devoir fermer.M.F.