Je vous dois la vérité !

9 oct 2018
Portrait de Robert Joly
Robert Joly
Je vous dois la vérité

Dernière ligne droite avant le jour J.
Je suis frustré!

Alors que les binettes s’affichent partout (tant mieux, c’est un signe de liberté !) et que d’aucuns démarchent pour obtenir des voix, j’ai le sentiment que le débat démocratique sur les enjeux futurs n’a pas eu lieu et que vous n’êtes pas tous bien informés.

Le nerf de la guerre d’abord.

Faisons le point de manière claire et précise :
Le fonctionnement de la commune est assuré par un « budget ordinaire » et un « budget extra-ordinaire ».*
Le budget extra-ordinaire est alimenté par 3 sources : les subventions, les emprunts à charge de la commune, et les ventes de biens communaux. 

1. L’endettement total de la commune est équivalent à une année de rentrées financières : 13 millions.
Un boni cumulé avec les exercices antérieurs de près de 3 millions est vanté à l'ordinaire.
Mais, ce n’est qu’une réalité comptable, tout cet argent n’est pas disponible sur un compte ou dans une caisse!
Il faut donc relativiser son existence. Le montant ne doit pas nous faire rêver! **

2. La vente de biens communaux

  • La vente de terrains à Hennevauche a rapporté 1.650.000€.
    C’est exceptionnel, ça n’arrive pas souvent dans la vie d’une commune ! Mais qu’en reste-t-il ?
    Rien. Tout a été utilisé par la Commune, notamment dans des projets contestables que ROPS n’a pas votés.
  • D’autres ventes de terrains permettant de telles rentrées financières exceptionnelles s’avèrent difficiles, et le nombre de terrains diminue.

Il y a tellement de dépenses exceptionnelles à envisager dans chaque village ! ***
Assurer ces dépenses par recours à l’emprunt, grève le « budget ordinaire » de la commune, qui assure le fonctionnement quotidien des services (notamment les salaires, la propreté, l’entretien des routes et des bâtiments,…). La Région Wallonne nous contraint à l’équilibre budgétaire annuel à l’ordinaire, et nous empêche de dépasser un certain niveau d’emprunt.

Croyez-vous que nous pourrons encore compter sur l’aide de la Région Wallonne pour des investissements de confort alors qu’elle devra assumer des charges nouvelles dans le cadre d’une régionalisation accentuée voire d’un confédéralisme ?
Ce qui est positif, c’est que certains emprunts vont venir à échéance...

L’administration ensuite 

  1. L’audit imposé par ROPS dès son accession au collège révèle un malaise au sein du personnel administratif, généré par une désorganisation qui provoque démotivation et absence de suivi des dossiers, ce qui retarde la solution de ceux-ci ou génère des dommages.
  2. Le personnel ouvrier n’est pas encadré suffisamment et son travail n’est pas planifié.

Ce n’est pas une question de mauvaise volonté du personnel, c’est la responsabilité des politiques de veiller à l’efficacité de l’administration dans l’intérêt des citoyens.

Il faudra donc prendre cela à bras le corps. Tout cela n’est évidemment pas sexy! Mais c’est comme ça ! Et tout se tient !
La réorganisation des services communaux, outre qu’elle améliorera le vécu des fonctionnaires, permettra de répondre plus rapidement et efficacement à vos demandes et pourquoi pas de dégager des marges pour de nouveaux investissements.

Vous n’êtes ni sourds ni aveugles !

ROPS a été relégué pendant 10 ans dans l’opposition, avant d’entrer au Collège Communal ces 18 derniers mois.
ROPS est conscient du travail à accomplir et qui consistera aussi à assumer des erreurs du passé.
Les sourires et les mains serrées n’y changeront rien.

Qui gouvernera Mettet au soir du 14 octobre ? Je l’ignore. C’est le citoyen qui décidera, et c’est très bien ainsi.
Ce que je sais, c’est que si Rops est aux manettes, c’est que le citoyen aura apprécié qu’on lui parle sans détour. C’est que le citoyen aura compris que Rops est porteur, certes, du changement, mais du changement dans la sécurité d’une gestion saine, exigeante, et au service de tous, au service de tous nos villages et hameaux.

Demain, au collège communal, il faudra être costauds car ce ne sera pas un long fleuve tranquille. Mais, rassurez-vous, ROPS a la capacité de faire face...

Pour le groupe ROPS,
Robert Joly

 

* Ce boni est bien réel , mais il ne l’est que sur le plan strictement comptable. En réalité, cet argent n’est pas disponible. Cette somme représente notamment le cumul des impôts qui n’ont pas été payés à la commune lors des exercices précédents, et qui donc, nous sont dûs.
Certains «  mauvais payeurs » régulariseront avec retard leur situation, et cela constituera un apport positif pour l’année en cours. Mais, hélas, d’autres impayés viendront entre temps impacter négativement ce poste comptable…

** Budget Ordinaire : Alimenté par les taxes et additionnels aux impôts, par le fond de solidarité des communes, et par des subsides de fonctionnement, il sert à payer le salaires des employés, les frais de fonctionnement (marchandises,…) et rembourser les emprunts.
    Budget Extra-ordinaire : Alimenté par subsides, emprunts, et vente de biens communaux, il sert à investir dans des projets extra-ordinaires comme des constructions, du matériel lourd,…

*** Prenons deux exemples pertinents:

  1. La salle de Furnaux prévue prioritairement dans le PCDR, coutera environ 1 million d’euros, dont 200.000€ à charge de la Commune.
  2. La piscine de Biesme sera vraisemblablement le projet le plus couteux de ces prochaines années. 5 millions sont à prévoir, dont 2 millions à charge de la Commune.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.