Je vote, donc je suis !

10 aoû 2018
Portrait de Alain Wéry
Alain Wéry

A l’approche de chaque échéance électorale, se posent les mêmes questions : voter, pour quoi faire ? Comment voter ? Pour qui voter ?

Voter, pour quoi faire ?

S’il s’agissait d’une bête question, je vous donnerais une bête réponse : vous votez pour déterminer qui gérera votre commune pour les 6 ans à venir ! Elémentaire, mon cher Watson !

Mais encore ? Voter, c’est l’acte citoyen par excellence qui vous autorise à poser un choix de société sur la manière dont se gère la chose publique. Voter, c’est accorder votre confiance à une formation politique, à un ou plusieurs candidats, susceptibles à vos yeux de rencontrer les intérêts d’une large majorité de citoyens.

Voter, c’est choisir. Et choisir, c’est exister !

Autrement dit, ne pas voter, c’est laisser à d’autres le pouvoir de gérer votre existence, de vous imposer leurs idées, bonnes ou mauvaises. Et donc, ne pas voter, ne pas exprimer ses idées, c’est certes une idée déguisée, mais c’est une mauvaise idée, très mauvaise.

Accorder sa confiance à un candidat, ce n’est pas anodin, c’est un engagement mutuel : tu es porteur d’idées qui me plaisent, je t’offre l’opportunité de les mettre en œuvre….

En Belgique, le vote est obligatoire. Ce n’est pas pour embêter le citoyen un dimanche matin tous les 6 ans, non...

C’est que le législateur, dans sa grande sagesse, considère qu’il est préférable que le citoyen pose un choix de société, plutôt que ce choix lui soit dicté par d’autres.

Dicter, dictature... ces mots ont la même racine, pensons-y à l’heure d’être appelés aux urnes.

Comment voter ?

A chaque échéance électorale, la question se pose pour les plus jeunes, voire se repose, pour les plus anciens. Quelques piqûres de rappel : sur votre bulletin de vote, plusieurs listes s’offrent à votre choix. Vous pouvez voter en « tête de liste », ou pour un ou plusieurs candidats de la même liste.

Le panachage est interdit et équivaut à un vote nul.

Le « panachage », Kéksèksa ? C’est le fait de voter pour plusieurs listes ou pour plusieurs candidats sur des listes différentes. Autrement dit, si deux candidats vous séduisent, mais se présentent sur des listes différentes, vous serez cruellement contraints de n’en choisir qu’un des deux. Dura lex, sed lex...

Bon à savoir également : sur la liste de votre choix, l’ordre de présentation des candidats n’a qu’une importance symbolique. Les bulletins avec vote en tête de liste seront additionnés aux bulletins avec vote(s) individuel(s), et le total des bulletins déterminera le nombre d’élus qu’obtiendra votre liste de prédilection. Sur cette liste, seront élus conseillers les candidats qui auront obtenu le plus de voix à côté de leur nom, quelle que soit leur  place  sur la liste.

A Mettet, le Conseil Communal est composé de 23 conseillers, bourgmestre et échevins inclus. Il faut donc une majorité minimale de 12 conseillers pour être en mesure de gérer la commune. Il est assez rare qu’une liste obtienne cette majorité minimale, et quand bien même le cas se présenterait, cette majorité serait un peu juste, et/ou peu représentative de la diversité citoyenne. Comme disait ma grand-mère, pour faire une bonne soupe, il faut de multiples ingrédients.

C’est pourquoi le plus souvent et suivant les résultats des élections, 2 ou plusieurs listes s’allient pour former la majorité communale. Dans ce cas et obligatoirement, devient bourgmestre le conseiller qui a obtenu le plus de voix individuelles, sur la liste la plus forte de la nouvelle majorité.

Et enfin, pour qui voter ?

Excellente question ! Mais bon, amis lecteurs, vous êtes ici occupés à lire un article du groupe Rops. Soyons honnêtes, on ne va pas vous inviter à voter pour une autre formation. Si vous partagez nos convictions, notre engagement, notre idéal, nos valeurs... Je vous invite à voter pour un, ou plusieurs, de nos candidats. Je dirais même plus : Chez ROPS, l'esprit de groupe domine, et chaque candidat met ses compétences propres au service du groupe. L'idéal serait donc de voter pour chacun de nos 23 candidats. Toutes et tous ont signé la Charte du (bon) candidat ROPS, document fondamental que je vous invite à lire ou à relire, et qui est, à notre regard, gage d’un choix judicieux.

Bien sûr, chaque liste présente des candidats, anciens et  nouveaux,  portés, en principe, par un engagement plus ou moins similaire : le mieux-être du citoyen dans une commune bien gérée. Seuls diffèrent les moyens d’y parvenir, et la vision sociétale, à géométrie variable selon les formations. Gageons, à propos de cette vision sociétale, que celle de Rops ne vous laisse pas indifférents...

A vous donc, et à vous seuls, d’en peser le bien-fondé et de choisir « en votre âme et conscience », selon la formule communément admise.

Une règle absolue s’impose cependant à tous : si un candidat  prétend être « le plus grand, le plus beau, le plus fort... », son cas relève plus de la psychiatrie que de la saine gestion de la chose publique.

En bref, si le vote est obligatoire, le bon vote est salutaire !

Avec vos candidats Rops, merci d’y réfléchir à l’heure d’accomplir votre devoir citoyen.

Commentaires

Portrait de Dinsart Jacques
Soumis par Dinsart Jacques le

Bonjour à toutes et tous

Ceux qui me connaissent , connaissent mes convictions.
A quelques heures des élections du 14 prochain, les promesses foisonnent. Certaines réalistes, raisonnables, d'autres des promesses "évangéliques"
Parmi les raisonnables: page 5 de votre" R'ops illustré", chapitre patrimoine, je lis :"mener une politique systématique de réouverture des chemins confisqués ou obstrués" Bravo et encore bravo!
Reste à le faire. Si vous manquez d'exemple, dans un rayon de 500 m de mon domicile, j'ai des exemples à vous proposer.
Vous pourrez ainsi démentir l'adage qui dit que " les promesses électorales n'engagent que ceux qui y croient"
Rendez-vous dans 6 ans pour un bilan à ce propos! S'il est positif, vous seriez les premiers à avoir oseé vous affronter au lobby confiscateur qui par ailleurs ne doit sans doute pas être représentatif de votre électorat.
Chiche!!

Portrait de Robert Joly
Soumis par Robert Joly le

Depuis notre prestation de serment en mars 2017, trois procédures de réouverture de chemins ou servitudes communaux ont été intentées.

  • L’une à Ermeton s/Biert (Pont sur le Behoude)
  • L’autre à Bossière (Chemin longeant le lac du château)
  • Une troisième à Maison (retracer le chemin nº35)

Nous avons perdu à Ermeton s/Biert pour des « raisons techniques » : un appel est envisagé si un accord n’est pas conclu.
Nous examinons l’argumentation de l’autre partie pour ce qui concerne Bossière.
Nous espérons un accord final à Maison.

Ce n’est pas toujours facile compte tenu du laisser-faire antérieur.

Portrait de Dinsart
Soumis par Dinsart le

Bonsoir Robert,

Merci de la réponse.
Je sais évidemment qu'il est plus facile de critiquer, de proposer….que de faire et réussir.
Question: que faut-il faire pour entamer une procédure de réhabilitation d'un chemin disparu ou nettement rétréci? Je suis concerné par l'accès à mon rucher entre autre!
Rien de gravissime, mais j'en ai marre de ces agissements.
Bonne chance dimanche.