ROPS | Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Hangars à Graux: «1 dossier parmi 10 000»

1 mar 2018
Pierre Wiame
L'Avenir
Régions, Basse-Sambre - Namur, p4 du 1 mars 2018

Pourquoi le ministre Di Antonio s’est-il assis sur l’avis des citoyens de Graux? La question a été posée au Parlement.

Le groupe PS au parlement wallon, à l’initiative d’Éliane Tillieux, a interpellé hier après-midi le ministre cdH Carlo Di Antonio à propos de sa décision d’autoriser la construction de deux vastes hangars de stockage de pommes de terre à Graux.

Le ministre borain a donné le feu vert à un projet pourtant recalé par trois feux rouges (L’avenir du 27 février). Une décision qualifiée de méprisante par les riverains opposés à ces mastodontes de béton et qui leur a donné une nouvelle occasion de dire leur dégoût de la politique. Évidemment, Di Antonio a le pouvoir d’avoir le dernier mot, ce qu’il n’a pas manqué de rappeler, sur un ton presque badin, à son ex-collègue PS du gouvernement qui s’étonnait qu’il soit quasi le seul à penser du bien de ce projet. À l’exception de la Commission Consultative d’Aménagement du territoire de Mettet (CCATM). Qu’on vienne l’embêter à propos de ce village perdu qu’il ne connaît pas, à propos d’une question urbanistique aiguë qu’il ne connaît pas mieux, le PS n’avait-il pas mieux à faire? «C’est un dossier parmi d’autres – classique donc pour ne pas dire banal – comme mon administration en traite 10 000 par an» a-t-il dit en substance. D’ailleurs, preuve ultime de son insipidité, il n’en savait plus rien a-t-il dit, il a dû piocher dans ses dossiers.

Di Antonio, dont nous avons regardé la réponse sur les ondes de Canal C, a donné l’impression désastreuse, pour les gens de Graux, d’être à nouveau méprisant voire hautain, de s’asseoir sur leurs avis et d’ignorer totalement les conséquences de sa décision pour les familles les plus impactées. «Celle-ci n’est qu’un copié-collé des pour et des contre. Il ne connaît pas le dossier et il a décidé.» Pourquoi avoir donné ce feu vert alors que le collège communal, et sa propre administration, sont quand même les mieux placés pour juger de la bonne intégration ou non d’un projet? En caricaturant à peine, parce qu’il est ministre et qu’il en a le pouvoir, un point c’est tout. C’est le prince.

Ceux qui s’attendaient à des justifications un peu plus fines, comme le PS, auront été déçus.

Magnanime, le ministre cdH a quand même ajouté que les riverains disposent d’un délai de 60 jours pour introduire un recours devant le Conseil d’État. Mais aussi que, dans l’éventualité où sa décision serait cassée, le dossier lui reviendrait. Sous-entendant qu’il aurait encore tout le pouvoir jouissif de l’accepter. Pour le monde agricole, à Graux, c’est champagne. Et pour les citoyens, la conviction que la politique rime plus que jamais avec le passe-droit.

En haut, les 2 hangars de stockage préexistants, auxquels seront ajoutés 2 nouveaux espaces de 4454 m2. De l’industrie agricole disent les riverains. EdA

En haut, les 2 hangars de stockage préexistants, auxquels seront ajoutés 2 nouveaux espaces de 4454 m2. De l’industrie agricole disent les riverains. EdA