ROPS | Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Et si on s'y Mettet tous ensemble !

Conseil du 26 avril 2018

28 avr 2018
Portrait de Robert Joly
Robert Joly

Compte communal

Le compte communal 2017 à été approuvé par le conseil communal à l’exception du RC-MR et de Monsieur Lecocq qui a par ailleurs annoncé précédemment qu’il quittait le groupe ICAP pour siéger en qualité d’indépendant.

Le boni à l’exercice propre est de 406.756,71€.
Et tenant compte des exercices antérieurs, il est de près de 2.200.000€.

Est-ce-à dire que tout va bien?
Disons que cela pourrait aller plus mal!

Il faut tout d’abord, dans la comptabilité publique, se méfier des bonis car ils sont constitués de droits constatés et donc de créances dont une partie ne sera jamais réglée.

La force de Mettet gît dans la croissance assez fulgurante de sa population et donc des recettes.
Cette croissance implique cependant de nouveaux investissements matériels et humains et donc une hausse des coûts.

Le service Finances dont il faut souligner la compétence et le dévouement est mis sous pression pour assurer la perception des ressources et est confronté à un retard dans cette perception résultant d’absences pour maladie.
Son activité de contrôle budgétaire et de respect des règles en matière d’achats (bons de commande, imputations budgétaires, marchés publics) a été renforcée ensuite du changement de majorité.

Pour éviter d’avoir trop recours à l’emprunt (heureusement, les taux sont bas) la vente de terrains a été prévue pour financer des investissements (Ventes à Pontaury, ventes à Biesme), ventes dont la réalisation s’avère plus difficile que prévu car, à moins que la commune ne lotisse elle-même pour vendre à des particuliers (ce qui est coûteux...), elle doit avoir recours à des investisseurs (nous venons de conclure un contrat à ce propos avec le BEP qui est mieux à même de nous sortir de ce qu’il faut bien qualifier jusqu’ici d’impasse).

Vigilance donc et au passage, interrogation sur la nécessité de poursuivre cette croissance de la population qui a ses limites (notamment limites de capacité des stations d’épuration, du réseau routier) et qui pourrait finalement compromettre notre art de vie dans la ruralité.

Un encadrement plus strict intégrant toutes les problématiques est nécessaire avec les conséquences d’un ralentissement des recettes budgétaires.

Rien n’est jamais neutre. La politique c’est choisir...

Zone d'habitat vert

Le point relatif à la problématique du transfert du parc résidentiel du Lac à Maison-St-Gerard de zone de loisirs vers une nouvelle zone dite d’habitat vert a été reporté.
La Région Wallonne a en effet accordé un délai supplémentaire d’un mois aux communes pour prendre une décision.
Ce délai nous permettra d’informer les habitants concernés lors d’une réunion prévue le 5 mai, et notamment de les rassurer et d’écarter rumeurs et bobards.

Activités culturelles

L’interpellation de l’ancien échevin de la culture a permis d’indiquer les lignes de conduite du nouveau collège en matière d’activités culturelles et de cerner ce qui fut fait en 2017 et fait ou prévu pour 2018.

Le nouveau collège tient à la transparence et donc à l’absence de confusion des rôles entre la commune d’une part et les incitatives citoyennes d’autres part.

Il est fini le temps où des citoyens qui avaient des idées, géniales ou pas, qu’ils souhaitaient mettre en œuvre avec le soutien de la commune avec cette conséquence qu’ils recevaient un chèque en blanc et que la commune ne contrôlant guère, n’avait plus qu’à éponger des déficits importants.

Ou bien les activités sont communales, gérées par le collège, contrôlée notamment par la directrice financière avec respect de toute la législation (nous devons montrer l’exemple même si cela est lourd et demande beaucoup de travail) et finalement le droit du conseil communal de nous demander des comptes.

Ou bien l’activité fait l’objet d’une subvention prévue dans une convention avec cahier de charges permettant à l’autorité communale de vérifier la bonne utilisation de celle-ci. C’est d’ailleurs la loi.

S’agissant des activités prévues en 2017 par l'ancien Collège, une seule a été supprimée étant une pièce de théâtre faute de réservations suffisantes.

L’année 2018 sera principalement consacrée à l’armistice de 1918 avec donc le souci de mémoire, de tirer les leçons de l’histoire et notamment de s’interroger sur ce qui a fait que l’on a recommencé 20 ans plus tard après pourtant ce qui fut une véritable boucherie.

Une routine...

Le reste ne fut que routine, peut-être ?
Mais quelle routine? Elle est de plus en plus complexe !

A titre d’exemple:

  • Un mur de soutien de la rue du Marbin, surplombant une habitation risque de s’effondrer sur le terrain ou l’habitation est construite voire pour partie sur celle-ci.
    Il faut que la commune répare. Conséquence, la rue est barrée et trois habitations dont isolées.
    Heureusement,un citoyen bienveillant accepte que sa propriété permettant l’accès à la grande route située en contrebas soit traversée par un chemin provisoire aménagé par la commune. Il faut tout de même le rassurer qu’il n’y ai pas abus et que l’intimité de sa vie familiale doit respectée au maximum.
    En bref,il a fallu prévoir un « montage »
    • La Commune conclut avec lui une convention
    • Il faut rédiger un règlement de police particulier pour la traversée de sa propriété (pas d’utilisation de phares longue portée, d’arrêts, d’utilisation de Klaxon, de vas-et-viens ..)
    • Faire admettre au propriétaire et locataires situés en aval de la rue que les habitants de la maison menacée puissent traverser une partie de leur terrain pour accéder à l’immeuble... nouvelle convention. Enfin... une 
  • Octroi d’une subvention pour aménagement des terrains de tennis à Saint-Gerard (partie du financement des travaux non subventionné par la Région).
  • Approbation du cahier des charges pour transformation et extension des toilettes de la salle des fêtes de Saint-Gérard.
  • Règlementation complémentaire sur le roulage (objectifs : éviter le passage de gros camions à certains endroits et sécuriser la traversée de la route de Rouillon ou son accès à partir de Furnaux).
  • Avenant à la convention de réfection des murs de pierres dans le cadre du PCDR compte tenu d’imprévus (état des fondations ou plutôt absence de fondations de certains murs et donc augmentation du coût).
  • Approbation du cahier des charges pour l’entretien et réparation  par un entrepreneur des toitures des bâtiments communaux.
  • Appel à candidatures pour la désignation d’un directeur d’école.